Thèse  2011

Tas de beaux restes : anthropologie des pratiques de récupération alimentaire et de la circulation des aliments

RESUME

Depuis quelques années maintenant, les pratiques de récupération alimentaire en milieu urbain font l’objet de nombre de reportages télévisés et d’articles de presse. L’imaginaire associé à ces pratiques s’apparente, bien souvent, à celui d’une fouille des poubelles. Sur le terrain, la réalité est tout autre. Les façons de récupérer diffèrent en fonction des personnes : certains glanent en fin de marché, d’autres demandent les invendus en fin de journée dans les boulangeries, font les poubelles des supermarchés, des épiceries et autres commerces alimentaires, ou bien reçoivent les restes des cuisines des restaurants. Cette multiplicité de « façon de faire » montre qu’on ne récupère pas que des déchets et qu’il existe, en ville, des réseaux informels de redistribution d’aliments et des façons de mettre en reste des aliments afin qu’ils soient utilisés. Au croisement de l’Anthropologie des déchets et du don, cette thèse appréhende, de manière ethnographique, le destin des aliments rejetés des étals, des vitrines et des commerces alimentaires en analysant, dans un premier temps, les divers processus de réhabilitation mis en oeuvre pour revaloriser ces aliments tri, nettoyage, préparation culinaire, rejet puis, dans un second temps, en décrivant le chemin que ces restes (préparés ou pas) parcourent encore.

 

ABSTRACT

For a few years now, there have been numerous press articles and television reports dealing with scavenging practices in urban environment. People often think that these practices somewhat consist in dumpster diving. But reality tells us something quite different. Recovery practices differ from one people to another. Some glean unsold items at the end of street markets. Others ask for such items in bakeries, dive into supermarkets, grocers’ and other food suppliers’ dumpsters, or enjoy being given leftovers from restaurants. Thus, there are many “ways of doing things”, which underlines the fact that food scavenging cannot be reduced to a mere salvaging of waste. Actually, in our cities, there are informal networks to get food from and many ways to preserve food so as to use it. At the crossroad of waste and gift Anthropology, this PHD thesis analyses the many destinies of food thrown away from stalls, shop windows and food retailers. The ethnographic fieldwork nourishes a two-step development. First, we will explore the various rehabilitating processes for such a food: sorting, cleaning, cooking and getting rid of it. Secondly, we investigate on what happens next to theses leftovers, whether they’ve been prepared or not.