PAI – Programme Alimentation Insertion

Créé en 2003 avec le soutien de l’Association Nationale des Industries Alimentaires (ANIA), du CNIEL (Centre National Interprofessionnel de l’Economie Laitière), de la fondation Nestlé, du secrétariat d’Etat au logement et du ministère de l’agriculture, le Programme alimentation et insertion (PAI) repose sur deux principes fondateurs : sensibiliser les personnes recourant à l’aide alimentaire (améliorer l’état nutritionnel et prévenir les carences alimentaires chez les personnes en situation de précarité ou d’exclusion, plus affectées par les déséquilibres alimentaires à l’équilibre alimentaire) et créer du lien social (tisser des liens et initier l’insertion d’un public exclue ou qui s’exclue).

Au-delà de l’aide alimentaire et de la distribution d’aliments, le PAI a pour objectif de faire passer des messages sur l’alimentation à des personnes vulnérables sur le plan financier ou psychosocial, plus touchées généralement par les pathologies liées à l’alimentation.  Chaque année, plus de 6 000 associations d’aide alimentaire participent au PAI et plus d’un million de personnes en difficulté ayant recours à l’aide alimentaire en bénéficient.

Le Programme Alimentation et Insertion s’inscrit ainsi dans une démarche véritablement sociale, avec les actions du Programme national pour l’alimentation (PNA) validées par le Programme National Nutrition Santé (PNNS).

Le PAI repose sur l’élaboration et la distribution d’outils pédagogiques et pratiques :

  • Un calendrier annuel comportant des recettes équilibrées à petits prix, des conseils nutritionnels, des jeux ludiques pour apprendre aux enfants à mieux se nourrir et des actions entreprises au sein des associations avec les bénéficiaires.
  • Des affiches reprenant des conseils nutritionnels : « Manger ensemble », « bouger », « boire de l’eau », « des féculents à chaque repas », « 3 produits laitiers par jour », « manger malin » et « des fruits et légumes à volonté chaque jour », qui ont vocation à être disposées dans les locaux associatifs de distribution afin d’initier les échanges, donner envie.

Les messages, essentiellement visuels, reprennent les préconisations du PNNS de façon ludique sans jamais donner de leçon.