Rapport  2012

Identification des freins et des leviers des dons des industries agoalimentaires et des distributeurs aux associations caritatives pour l’aide alimentaire

AUTEUR(S) :
PAGES :72

RESUME

En France environ 3 millions de personnes ont bénéficié de l’aide alimentaire en 2009, sur 8,2 millions de personnes démunies (si l’on utilise le seuil de 60 % du niveau de vie médian). Chaque année ce nombre de personnes augmente en France, entraînant des besoins de plus en plus importants. L’aide alimentaire repose en France sur un réseau d’associations caritatives qui distribuent des denrées alimentaires aux plus démunis. Cette aide existe aujourd’hui grâce à différentes sources d’approvisionnement et de subventions, comme l’aide de l’Union Européenne, de l’Etat, des entreprises et des particuliers.

Toutefois, l’aide de l’Union Européenne, dont bénéficie plus de dix-huit millions de personnes par an dans les Etats membres, et qui représente environ la moitié des produits distribués par les banques alimentaires, ne sera plus en vigueur à partir de 2014. Ceci est une perte conséquente et nécessitera de trouver de nouvelles sources d’approvisionnement et de financement pour l’aide alimentaire.

Le Programme national pour l’alimentation (PNA), mis en place en 2010 par le ministère en charge de l’agriculture et de l’alimentation, vise notamment à faciliter l’accès à tous à une alimentation de qualité. Les actions du PNA sont ainsi en grande partie orientées vers les catégories de consommateurs particulièrement sensibles comme les populations défavorisées, davantage touchées par l’obésité et avec une alimentation plus éloignée des recommandations nutritionnelles. En Île-de-France, le pôle offre alimentaire et nutrition de la Direction Régionale et Interdépartementale de l’Alimentation, l’Agriculture et de la Forêt (DRIAAF) est chargé de la mise en oeuvre des actions du PNA. Un des objectifs est de mobiliser davantage de dons et d’invendus pour l’aide alimentaire.

Une étude visant à identifier les freins et les leviers pour les dons de denrées des industries agroalimentaires (IAA) et des distributeurs aux associations d’aide alimentaire a ainsi été lancée en novembre 2011. Cette étude menée sur trois mois est qualitative et s’appuie sur des enquêtes faites auprès des associations d’aide alimentaire, des IAA et des distributeurs. Ce rapport présente en première partie le contexte de l’étude. La deuxième partie est consacrée aux objectifs et à la méthodologie. La dernière partie synthétise les résultats des enquêtes menées de novembre 2011 à février 2012.

Lire le document